La coopérative a déposé ses statuts : place à Supercoop !

Qu’est-ce qu’une coopérative ?

Une coopérative est une entreprise « dont la propriété est collective et où le pouvoir est exercé démocratiquement », selon la définition de l’Alliance Coopérative Internationale.

Il s’agit donc d’une entreprise d’un genre un peu particulier, puisque son but n’est pas lucratif. Comme dans une association, les membres adhèrent volontairement. L’objectif n’est pas la redistribution des bénéfices aux détenteurs du capital, mais leur redistribution dans les outils de production : matériel, conditions de travail…

Pour permettre à ses coopérateurs de diminuer leur budget alimentation de 20 à 40 %, tout en ayant accès à des produits de qualité, Supercoop développe un système qui s’appuie sur deux grands principes :

  • La participation de tous les membres au fonctionnement du supermarché (3 heures par mois) ;
  • Une marge unique et transparente de 20% sur tous les produits.

Quelle différence entre l’association et la coopérative Supercoop ?

L’association Les Amis de Supercoop a été créée en mars 2015 pour rassembler les énergies, fédérer, construire et développer ce projet de supermarché coopératif et participatif dans la métropole bordelaise.

La création de la coopérative Supercoop en janvier 2017 marque une nouvelle étape dans le projet : c’est désormais elle qui porte l’activité de vente du Labo, notre supermarché en herbe.

>> Lire les statuts de la coopérative.

L’association Les Amis de Supercoop va-t-elle disparaître ?

L’association continuera d’exister. Elle portera tous les projets en lien avec le développement de la communauté : animations dans le quartier, événements du réseau de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), réunions d’information, ateliers d’éducation populaire… Nous avons participé par exemple au Conseil de gouvernance alimentaire de Bordeaux Métropole, au village Alternatiba, à la tournée du Chant des Colibris… Et beaucoup d’autres à venir !

Je veux rejoindre Supercoop. Dois-je adhérer à la coopérative ou à l’association ?

Aujourd’hui, les personnes pouvant faire leurs courses au Labo sont soit adhérentes de l’association, soit membres de la coopérative. Nous sommes en effet dans une phase de transition, la coopérative venant tout juste d’être créée.

Nous vous encourageons à acheter des parts de la coopérative dès aujourd’hui, sachant que les membres sont automatiquement adhérents à l’association. L’inverse n’est pas vrai : les adhérents de l’association ne sont pas automatiquement coopérateurs.

Cependant, notez bien que dès lors que nous rentrerons dans notre épicerie-école, à l’automne si tout va bien, il vous faudra obligatoirement devenir coopérateur et donner vos 3 heures mensuelles si vous souhaitez faire vos courses à Supercoop.

Comment devenir coopérateur ?

Pour devenir coopérateur, vous devez acheter un minimum de 10 parts, au tarif de 10 euros chacune, soit 100 euros au total. Les bénéficiaires de minimas sociaux (RSA, ASS, AAH, étudiants boursiers 6 et 7, etc) ont accès à la coopérative dès 10€. Ces actions sont valables à vie ; et si pour une raison X ou Y vous quittez le projet, vous aurez la possibilité de les revendre au bout de 5 ans.
Les démarches se font directement au local (1 place du 14 juillet à Bègles) le jeudi de 16h à 20h, le vendredi de 10h à 16h, ou à un autre moment calé au téléphone (05 56 85 64 78).

Qui peut devenir membre coopérateur de Supercoop ?

Tout le monde peut acheter des actions et devenir membre du futur supermarché.

Ceci implique des droits (acheter des produits de qualité à des prix justes, voter les décisions) mais aussi des devoirs : participer au fonctionnement du supermarché (3h par mois) et aux assemblées générales. Nous sommes tous propriétaires et garants du bon fonctionnement de Supercoop 🙂

Puis-je devenir coopérateur même si je ne souhaite pas consommer ?

Il existe trois types d’actions :

A – Les coopérateurs consommateurs

Les actions de catégorie A sont réservées aux personnes physiques : ce sont celles que vous achetez si vous souhaitez être membre du supermarché coopératif et pouvoir faire vos courses à Supercoop.

Tout sociétaire dispose d’une voix lors des assemblées générales, quelque soit le nombre de parts qu’il a acquis.

B – Les coopérateurs non-consommateurs

Les personnes physiques ou morales souhaitant soutenir le projet et disposer du droit de vote aux assemblées générales, sans recourir aux services du supermarché, peuvent souscrire des actions de catégorie B. C’est une manière d’aider Supercoop en entrant au capital, avec une rémunération faible voire nulle (qui sera décidée chaque année en Assemblée Générale), mais dans tous les cas, elle donne lieu à une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 18% du montant des versements, ce qui n’est pas rien.

Les sociétaires de catégorie B seront systématiquement validés par les Assemblées Générales.

C – Les associés institutionnels

Les personnes morales peuvent également devenir associées de la coopérative. Elles n’ont cependant pas le droit de vote.

D’autres questions ?

Si ce n’est pas déjà fait, venez nous rencontrer en vous inscrivant à une réunion d’information, vous aurez toutes les explications nécessaires pour bien comprendre le projet et sa dynamique.

Puis n’hésitez pas à passer nous voir pendant les heures d’ouverture du Labo, le jeudi de 16h à 20h ou le vendredi de 10h à 16h

Ou par téléphone : 05 56 85 64 78, du lundi au vendredi de 9h30 à 20h.

À très vite !

 

Succès pour Supercoop au Chant des Colibris !

A l’occasion de la tournée du « Chant des Colibris« , un grand village associatif s’est tenu samedi 25 mars à Darwin.

Les Amis de Supercoop étaient là et il faut reconnaître que nous avons fait sensation avec nos produits du Labo en dégustation !

Le lendemain, deux membres ont tenu un stand pour Supercoop, lors de la journée Bien-Être organisée à Saucats.

Un grand merci à tous les visiteurs de ces stands qui sont venus découvrir ou re-découvrir notre projet !
Pour celles et ceux qui souhaitent en savoir encore plus ou qui n’ont pas pu faire le déplacement, venez à la séance de rattrapage demain (28 mars) à 18h30 au Centre d’animation de St Pierre (4 rue du Mulet à Bordeaux), pour une réunion d’informationou rendez-vous au Labo, 1 place du 14 juillet à Bègles le jeudi de 16h à 20h et le vendredi de 10h à 16h pour vous rendre compte, sur place, de l’état d’avancement du projet !


Venez construire le supermarché de demain avec nous, vous serez accueilli-e avec le sourire !

 

Mais qui est Sarah, la 1000ème membre de Supercoop ?!

1000e membre de Supercoop

Bonjour Sarah !

Sarah est la 1 000e personne à rejoindre l’aventure Supercoop depuis mars 2015. Pour fêter ce beau chiffre rond, nous lui avons posé quelques questions !

– Bonjour Sarah, as-tu fait exprès d’être la 1000e membre pour avoir l’honneur de répondre à nos questions ?

Bien sûr ! Je voulais être en haut de l’affiche !

– Es-tu Béglaise, ou dois-tu traverser toute la métropole pour venir à nous ?

Je suis Bouscataise mais j’ai bon espoir de me rapprocher de cette fourmilière à idées remplie de bonnes âmes !

– Toi et Supercoop c’est… ?

Une histoire toute récente, j’ai manqué de temps pour y venir plus tôt bien que je pensais depuis quelques mois à pousser la porte. C’est donc le début d’une belle histoire, j’en suis sûre !

– Pourquoi nous as-tu rejoint ?

Une amie m’a parlé de La Chouette à Toulouse et m’a dit : « Fonce, il y a une coop aussi sur Bordeaux ! » Puis j’ai vu le film FoodCoop à l’Utopia, ce qui n’a fait que renforcer mon envie de participer à ce projet. L’accès à des produits de qualité pour tout un chacun, la revalorisation du travail de petits producteurs qui ont ce souci du « bon », et réfléchir à plusieurs sur une autre manière de consommer, j’étais conquise ! C’était aussi pour moi un moyen de rencontrer des gens qui partagent les mêmes valeurs, et apprendre sur les rouages de la mise en place d’une telle entreprise.

– Qu’est-ce pour toi que « coopérer » ?
Coopérer signifie selon moi la mise en commun de savoirs-être et savoirs-faire de plusieurs personnes dans un but commun, non ?!

– A quoi reconnaît-on un Supercoopain ou une Supercoopine ?

A sa pince à vélo encore accrochée à son bas de pantalon et sa tignasse ébouriffée par son parcours !

– Quel sera ton produit phare à Supercoop ?

Difficile d’en choisir un ! Les tomates en été, et le fromage en hiver !

– Quel est ton produit honteux mais indispensable (que tu espères pouvoir acheter à Supercoop) ?

Euh… Le papier toilette !

– Quel légume mérite de disparaître à jamais ?

Le radis noir, ça pique trop !

Et pour mieux te connaître…

– Qu’est ce qui t’anime dans la vie ?

De bons moments avec mes amis, ma famille, manger de bonnes choses et nager.

– Que trouve-t-on de particulier dans ton frigo ?

Peut-être un peu trop de fromage…

– Avec quoi rimera 2017 selon toi ?

Le renouveau ! J’avais quitté Bordeaux pour exercer le métier de diététicienne dans le grand Nord, mais je suis revenue en septembre dernier pour une reconversions professionnelle en pâtisserie… Et m’inscrire à Supercoop, bien sûr !

– Chocolatine ou pain au chocolat ?

Soyons un peu chauvine, on va dire chocolatine !

– Quelle devra être la première phrase du journal Supercoop ?

« Bienvenue dans une aventure humaine hors du commun qui comblera vos papilles et nourrira votre esprit ! »

 

Merci à Sarah de s’être prêtée au jeu et à bientôt pour le/la 2000ème membre ! 

Supercoop clôture le mois de l’ESS dans toute la Nouvelle-Aquitaine !

Qu’ont en commun Ligugé (86), Bordeaux (33) et Soursac (19) ? 
Le fait de recevoir Supercoop pour les événements de clôture du mois de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) organisé par la Chambre Régionale de l’ESS (la CRESS) !

Depuis une dizaine d’année, le mois de novembre permet de mettre en lumière un secteur extrêmement vaste et varié -souvent méconnu par ses propres bénéficiaires ou acteurs-, qu’est l’Économie Sociale et Solidaire.
Les structures juridiques qui en font partie sont les associations, les coopératives, les mutuelles ainsi que les fondations. Depuis la loi Hamon de juillet 2014, on y inclue également l’entrepreneuriat social.

Mais nous repasserons plus tard pour le cours de droit.
Ce mercredi soir, nous nous rendons donc à Ligugé pour la première clôture itinérante, autour du thème « Coopérer : parce que nous le valons bien ».
Jeudi 01 décembre a lieu la clôture à Bordeaux. Et pour finir, nous clôturerons le mois de l’ESS dans le Limousin, à Soursac plus précisément.

En première partie de soirée, Orian Veneault (adhérent de Supercoop) présentera une conférence gesticulée sur le thème de la coopération. Puis les associations locales se présenteront, ainsi que Les Amis de Supercoop, invité commun aux trois soirées, avant un moment d’échanges avec le public. Arnaud Virrion, président de la CRESS, tiendra un discours de clôture. Enfin, tout le monde pourra prolonger les discussions autour d’un apéritif dînatoire.

A noter que lors de la clôture à Bordeaux, les initiatives invitées à nos côtés seront :
– Alilo, qui a développé www.cagette.net ,
Yakafaucon, l’association de quartier qui gère notamment le café Le Petit Grain,
– et Enercoop Aquitaine, fournisseur d’électricité 100% renouvelable.

Dernière précision de taille : le buffet sera garni de produits Supercoop à déguster !

De 5€ à 50€, les contreparties de Supercoop

Une campagne sur KissKissBankBank doit respecter deux principes :

  •  atteindre la barre des 100% de l’objectif pour réussir la collecte
  • offrir un certain nombre de contreparties, en fonction des contributions.

La nôtre ne déroge pas à ces règles, et d’ailleurs où en est-on ?
Plus de 15500€ collectés grâce à 373 KissBankers ! MERCI =) Objectif 25000€ !

 

Aujourd’hui, nous avons sorti notre plus belle plume pour tirer le portrait de la première moitié des contreparties :

Pour 5€ ou plus, votre nom sur le site + un autocollant + un grand merci

A Supercoop, 1 personne = 1 voix, alors 1 KissBanker = 1 nom sur le site, logique !

 

Pour 15€ ou plus, un grand merci + un cabas Supercoop en plastique recyclé made in France

Toujours cohérents, nous vous offrirons un sac de course recyclé et fait en France, avec le logo de Supercoop dessus en prime !

 

Pour 25€ ou plus, les contreparties précédentes + votre nom sur le mur + une invitation à une soirée festive !

A ce stade, on grave votre nom dans le marbre (ou presque) et en plus on fait la bringue ensemble ! Le dancefloor n’attend plus que vos twerks.

 

Pour 50€, le choix s’élargit :

¤ Les contreparties précédentes + 2 heures d’atelier Goût-Plaisir-Santé pour aborder autrement les aliments avec Paul de l’Institut du Goût Nouvelle Aquitaine !

Toujours dans la thématique, on vous propose un atelier sur le goût, le genre de moments qui marque les papilles.

OU BIEN

¤ Les contreparties précédentes + le DVD tout chaud de Denys Piningre  » Le meilleur suffit »

Un documentaire sur l’histoire des coopératives de consommateurs, du XIXème siècle à Supercoop ! Humblement. Avec des images de nos débuts, qui vont rapidement devenir collectors quand on sera 1200 dans le supermarché !


Et ce n’est que le début !

Vous avez une question ? Un problème ? 10 000€ ? Appelez-nous au 05 56 85 64 78 ou envoyez-nous un mail à cm@supercoop.fr !

Si vous ne voulez pas attendre le prochain article pour découvrir les contreparties de 70€ à 2500€, hop !

Connaissons-nous bien les étiquettes ?

Retour sur l’atelier animé par Aurélie Mallard, adhérente de Supercoop, et naturopathe / diététicienne de profession.

Avec une dizaine de Supercoopains, nous avons commencé par choisir chacun deux produits grâce à leurs emballages alimentaires : un qu’on achète et qu’on mettrait dans son panier de courses et un autre, qu’on laisserait sans regret sur l’étagère dans le rayon.
A partir de nos choix, nous avons détaillé les informations présentes sur l’emballage ainsi que les étiquettes. Nous sommes allés dans le détail de la liste des ingrédients, du tableau nutritionnel, des différents logos et autres labels.

La diversité des emballages présents et la possibilité de les comparer avec une spécialiste fut très enrichissant.

A la fin de l’atelier, nous avons partagé le repas avec d’autres adhérents venus pour l’après-midi créative du groupe Communication, merci Aurélie !

20161105_103813

Supercoop : franchir un cap

Créer un supermarché coopératif, ce n’est pas simplement rassembler 1200 personnes, c’est également lancer une dynamique locale, en s’appuyant sur un large soutien de tou-te-s nos concitoyen-ne-s.

Deux ans, déjà, depuis la première réunion d’information, et quel chemin parcouru !
Un an de ventes avec le groupement d’achats, des centaines de réunions de nos groupes de travail, des reportages nombreux et variés (Rue 89, Sud Ouest, TF1, Le Monde, Socialter bientôt…) et six-cents adhérents en 2016 !

Aujourd’hui, nous voulons continuer à avancer vers ce supermarché dont nous rêvons tous, grâce à une campagne de financement participatif via la plateforme KissKissBankBank !
Pourquoi faire appel aux dons ? Pour financer l’achat d’une caisse, d’une balance-étiqueteuse, d’un équipement informatique, d’une formation d’équipe aux normes sanitaires et surtout la création d’un deuxième poste salarié !

Pour partager cette initiative citoyenne, alternative et positive, nous faisons appel à vous, qui lisez cet article, mais également à tous ceux que vous connaissez et que ça pourrait intéresser…  

À tou-te-s les mères de famille, les étudiant-e-s, les militant-e-s, les retraité-e-s, les pères de famille, les travailleur.euse.s pauvres, les révolté-e-s, les cadres, les jeunes, les ruraux, les milliardaires (…), les politiques, les chômeur.euse.s, les utopistes…

Supercoop : le slow-discount, ça marche ? (par Marie BOVÉ)

> Pour lire l’article directement sur le blog des Nouvelles EnR, suivez le guide ! <

600 habitants de Bordeaux-métropole réunis dans l’association « Les Amis de Supercoop » ont décidé d’ouvrir leur propre Super Marché, en approvisionnant les rayons, en tenant la caisse, en passant la serpillère… tout en poussant leur caddie. « Manger mieux en consommant autrement », voilà une bonne vieille idée qui fleure bon les années 70 et les cercles écolos contre l’empire du gaspillage alimentaire. Intox ou Détox ? 


Quoi de plus beau que des adeptes des voyages low-cost qui expient leurs pêchés consuméristes en gratifiant le travail du paysan…

Ça vous défrise ? Supercoop n’est pas une secte dans laquelle les membres sont introduits via un lavage de cerveau, un programme de rééducation et un engagement sacrificiel. Toute personne peut adhérer (de 5 à 20 euros) d’où qu’elle vienne et quelle que soit son histoire ou son activité.  Et c’est avec modestie que cette association, aidée de l’Europe et du Conseil Régional, tente de « redonner du sens à la consommation » dans le laboratoire de l’économie locale. Quant au pauv’ paysan, il ne réclame aucune médaille pour les fruits de son travail… le prix juste pour vivre dignement, c’est la priorité..

Quoi de plus altruiste que des bobos qui s’habillent vintage sur des vide-greniers et qui jouent à la marchande en piquant le travail de la voisine…

Raté ! Supercoop espère atteindre 1200 membres rapidement pour créer les cinq premiers emplois à temps plein : gestion financière, RH, achats… Tout est question d’équilibre entre les charges de la structure et les marges réalisées. Ici, le choix est celui de réduire au maximum l’un et l’autre des plateaux de la balance budgétaire pour que ce Super Marché soit accessible aux ménages modestes. Côté bénévolat, une coopérative des consommateurs valorise la participation 3h/mois par membre en offrant 20% à 40% de réduction sur les prix des produits en vente.

Quoi de plus louable que des p’tites familles réunies pour choisir soigneusement chaque denrée selon ses caractéristiques nutritives avant d’aller au McDo du coin…

Peut-être et peut-être pas. Les habitudes évoluent lentement dans une société où la bouffe est tout aussi standardisée que sujette au matraquage publicitaire. Etre en lien avec les producteurs et sélectionner 3000 produits de référence, c’est déjà un pas de géant vers une consommation socialement responsable, respectueuse de l’environnement et économiquement viable. Anne Monloubou, fondatrice de Supercoop, ajoute : « on est dans le Sud-Ouest ; on a la chance de bénéficier d’une très large palette de bons produits ». En effet, Supercoop s’engage à vendre un maximum d’aliments régionaux, en privilégiant l’absence d’intermédiaire et en garantissant la transparence sur les prix. A 17% de marge brute, on est loin des 27% bien connus.

Les idées reçues et les contractions sont nombreuses : tant mieux ! Cela a le mérite de poser la question de la responsabilité individuelle pour élaborer des solutions collaboratives.

Marie Bové pour Nouvelles-Enr

Supercoop enthousiasme le Village des associations de Bègles !

Dimanche au Village des Associations organisé par la municipalité de Bègles, huit bénévoles de Supercoop étaient présent-e-s pour échanger avec les visiteurs. Rares ont été les moments de pause pour eux tellement le stand a suscité intérêt et discussions !
Des échanges de toutes parts !

Des échanges de toutes parts !

Au bilan comptable de la journée : 7 nouvelles adhésions sur formulaire papier, d’autres en ligne sur Hello Asso et une dizaine d’écocups Supercoop vendues. Ce succès vient confirmer notre ancrage territorial important et l’accueil enthousiaste qui est toujours réservé à Supercoop ! Notre prochain stand aura lieu au village des alternatives Alternatiba à Andernos le samedi 24 septembre.

Supercoop et l’Effet Papillon

En cette rentrée 2016, Supercoop est sur tous les fronts pour rester dans toutes les têtes.

Samedi dernier, des bénévoles de Supercoop se sont rendus au festival l’Effet Papillon de Martignas-sur-Jalles.

Au programme de cette première édition, de nombreuses activités, en salle et en plein air, ont été proposées aux festivaliers : concerts, arts de rue, éco-village, marché de créateurs, ateliers jeune public, dj sets…

Notre association Les Amis de Supercoop s’est reconnue dans les valeurs phares du festival : écologie, durabilité, éclectisme et qualité.

Notre stand aura permis aux festivaliers de découvrir et même de rejoindre notre aventure, de quoi lancer l’année idéalement !